La montée des taux des crédits immobiliers continue

Accueil/Actualités/A la une/La montée des taux des crédits immobiliers continue

La montée des taux des crédits immobiliers continue

Après une année 2016 durant laquelle les taux d’intérêts des crédits immobiliers avaient continuellement baissé, ces derniers ont commencé à remonter en début d’année 2017. Une remontée qui ne semble pas prête de s’arrêter, puisqu’ils ont continués de remonter durant le mois d’avril (1,55%), à un rythme toutefois très lent, et surtout, à un niveau encore exceptionnellement bas.

Les taux des crédits immobiliers poursuivent leur lente remontée en avril, selon une étude Crédit Logement/CSA publiée mardi, et accompagnée d’un communiqué. Les taux des prêts du secteur concurrentiel, toutes durées confondues, se sont établis à 1,55% en moyenne le mois dernier, contre 1,51% en mars.

Ils étaient à 1,49% en février, 1,38% en janvier et 1,34% en décembre. C’est le cinquième mois consécutif de hausse des taux des crédits immobiliers. Pour l’accession à la propriété dans le neuf, les taux sont légèrement plus hauts, à 1,63%, contre 1,56% dans l’ancien.

« Depuis décembre 2016, les taux remontent et ont repris 24 points de base », retrouvant ainsi « leur niveau de juillet 2016, lorsque beaucoup soulignaient les conditions de crédit exceptionnelles qui prévalaient alors » a commenté l’observatoire Crédit Logement.

De quoi s’alarmer ?

Si cette augmentation est modérée, elle n’est pas isolée, et s’accompagne d’une hausse rapide des prix de l’immobilier (+2% en 2016, avec un score similaire prévu pour 2017). Toutefois, le niveau des crédits est encore suffisamment bas pour « permettre encore à la demande de se réaliser dans se bonnes conditions », toujours selon l’observatoire.

Cette remontée des taux se produit sur toutes les catégories de prêts : sur 15, 20 ou 25 ans, ce qui ne pénalise pas les ménages les plus jeunes ou les plus modestes faiblement dotés en apport personnel. Signe intéressant, la demande des ménages est moindre qu’attendue. En effet, alors que le marché est sensé être plus actif au début du printemps, cette année l’activité est moindre. Elle affiche « seulement » une hausse de 18,4 % pour la production et 11,7 % pour le nombre de prêts accordés.

La durée des prêts accordés en avril s’est établie à 213 mois en moyenne contre 209 mois en mars.

L’observatoire rassure également sur des hausses futures. « Le plus fort de la hausse s’est constaté en février, alors que depuis mars les augmentations restent de faible ampleur ». Pour l’instant, elles le sont assez pour compenser la hausse des prix. Reste à voir pour la suite…

2017-05-15T22:13:18+00:00 lun 05 2017|A la une, Actualités|